Transcription de l'ouvrage En cellule. Mémoires d'un nihiliste de Isaac Pavlovsky, par Adelaida Nikolayevna Lukanina, d'après la transcription de Jacques Pavlosky.

La vie d'Isaac Pavlovsky en quelques dates

Portrait d'Isaac PavlovskyIsaac Pavlovsky est né en 1853 à Taganrog, port de la Mer d'Azov du sud de la Russie, au sein d'une famille de commerçants juifs. Alors que les Pavlovsky partent habiter dans la capitale industrielle et agricole de la région, afin de poursuivre ses études, Isaac loue une chambre chez les parents du jeune Anton Tchekhov.

Dès le lycée, il devient membre actif d'un cercle révolutionnaire consacré à la lutte contre la propagande tsariste et à la diffusion d'écrits d'opposition diffusés à partir de l'étranger et importés en Russie par des réseaux de contrebande. Il est fiché et surveillé.

En 1874, il part pour Saint-Pétersbourg où il commence des études de médecine. En parallèle, Isaac Pavlovsky continue ses activités contre le régime. Il participe à la « Khojdenie v Narod » (La marche vers le peuple).
Alors qu'il est âgé de 22 ans, le jeune étudiant est arrêté et emprisonné à Saint-Pétersbourg, pour propagande subversive et manifestations d'opposition au régime du Tsar, Alexandre II.

A l'issue de deux ans de détention préventive dans des conditions extrêmes, Isaac Pavlovsky est enfin jugé, en 1877, et condamné à six mois de prison. Il est immédiatement relâché.

En 1878, tuberculeux, il se réfugie à Paris. Passée l'euphorie des premiers jours de liberté, sa maladie ressurgit. Sur l'avis des médecins, il part se soigner à San Remo. C'est là, à la frontière franco-italienne, qu'Isaac Pavlovsky écrit un texte intitulé En prison. Ce dernier raconte ses années d'emprisonnement, l'isolement et la solitude, les problèmes psychologiques qui en résultent et la maladie qui le mine. Le manuscrit est envoyé à l'écrivain russe Ivan Tourgueniev. Emballé, celui-ci l'envoie à son tour au Directeur du grand quotidien parisien Le Temps. Il y sera publié en trois fois (les 12, 19 et 25 novembre 1878), en dernière pleine page. Le titre initial est changé par la rédaction et devient En cellule. Mémoires d'un nihiliste. Le mot nihiliste attire les lecteurs mais les réactions sont violentes. En Russie, le journal est interdit.

En 1883, après avoir collaboré dans différents journaux russes, il réalise, à la demande du quotidien de Saint-Pétersbourg Novoie Vremia, une série de reportages de terrain sur l'Espagne. Quatre ans plus tard, il devient correspondant permanent à Paris pour ce même périodique. Il en démissionne en 1898 à la suite de la publication d'articles déformés et tronqués sur l'Affaire Dreyfus. En 1900, il participe à la création d'un nouveau journal à tendance libérale, Rossia, dont il devient le directeur des pages politiques. Rossia disparaît en 1917 à la suite du renversement du gouvernement provisoire par les bolcheviks.

Isaac Pavlovsky, homme de lettres et chevalier de la légion d'honneur (1895), décède à Paris en mars 1924. Il laisse derrière lui une longue série d'articles, de nouvelles, d'ouvrages et de traductions.

A découvrir dans ce n° 1 d'E-Crini

En savoir plus sur Isaac Pavlovsky